Organisation
Séminaire
Conférences Plénières
Thèmes
Auteurs
Ateliers

Conférences plénières


La sociologie des risques aujourd'hui : les controverses publiques saisies par leurs points de bifurcation
Francis CHATEAURAYNAUD - pdf
Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflective
École des hautes études en sciences sociales, Paris


A partir d'un modèle de balistique sociologique conçu au fil de l'analyse de multiples dossiers de controverses, cette conférence s'intéressera aux processus dynamiques de longue durée par lesquels se forment, et se déforment, des jeux d'acteurs et d'arguments. Elle portera une attention particulière aux points de basculement (turning points) au cours desquels se jouent la trajectoire des causes publiques et la redéfinition des régulations politiques associées aux questions d'expertise, et plus généralement aux technociences. L'exposé montrera comment les processus d'alerte, les mobilisations collectives, les procédures d'expertise et les jeux institutionnels concourent à la transformation des valeurs, des modes de connaissance et des formes d'expérience pratique portés par les milieux qui se saisissent des conflits et des incertitudes de la "société du risque". Si les cas du nucléaire, du changement climatique et des gaz de schiste donneront lieu à un focus particulier, on privilégiera une approche comparative des configurations engendrées par des dossiers, à la fois proches et différents, comme l'amiante, les pesticides, les nanotechnologies, les ondes électromagnétiques ou encore les OGM.


Modélisation des feux de forêts : déterministe versus stochastique
Bernard PORTERIE - pdf
Institut Universitaire des Sciences Thermiques et Industrielles
CNRS et Université de Provence, Marseille


L'observation des feux de forêts conduit à un double constat. D'une part, comme de nombreux phénomènes naturels ou anthropiques, la distribution du nombre de feux en fonction de la surface brûlée suit une loi de puissance dite loi de Pareto : un feu de grande amplitude est relativement rare, alors qu'inversement, un feu de faible ampleur a de fortes chances de se produire. D'autre part, les images satellitaires des grands feux révèlent la formation d'amas brûlés, de lacunarités et de digitations, autant d'éléments qui traduisent un comportement fractal du feu dû aux hétérogénéités locales que le feu a rencontrées lors de sa propagation et qui sont liées aux conditions météorologiques, au relief et à la végétation. Les modèles déterministes ne permettent pas de décrire ce comportement fractal et sont limités à des applications sur des domaines de faible étendue, typiquement de quelques centaines de mètres dans les trois directions d'espace.

Ce double constat nous a donc amené à développer un modèle hybride qui couple une approche déterministe à l'échelle macroscopique (celle du pompier qui lutte sur le terrain) et un modèle sur réseau de « petit monde » à l'échelle gigascopique (celle des images satellitaires). Le modèle est présenté et validé sur des scénarios de feux réels ou de brûlages dirigés dans des écosystèmes très différents (Corse, Australie, Thaïlande), montrant un très bon accord en termes de vitesse de propagation, de contours de feu et de surface brûlée. Il permet également de retrouver les propriétés fractales des grands incendies.

Si le modèle repose sur un nombre limité de paramètres, certains d'entre eux présentent une grande variabilité et/ou des incertitudes lors de leur détermination expérimentale. Nous verrons comment une analyse de sensibilité (ici un plan d'expérience factoriel) peut constituer un outil précieux dans le développement et l'utilisation d'un modèle, permettant notamment d'identifier et de hiérarchiser les paramètres influents et, par là même, d'orienter les efforts de recherche et de développement. Nous verrons aussi comment une étude de sensibilité peut être utilisée pour établir des corrélations simples donnant la vitesse de propagation ou la surface brûlée par le feu en fonction des paramètres les plus influents.


La sûreté nucléaire et l'appréciation du risque : un progrès continu
Giovanni BRUNA - pdf
Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, Fontenay-aux-Roses


La présentation répertorie et analyse les aspects physiques, technologiques, réglementaires et sociétaux qui caractérisent la sureté nucléaire, et ce, en s'appuyant sur des considérations théoriques et méthodologiques, ainsi que sur une riche panoplie d'exemples issus de l'exploitation des réacteurs de puissance.

En relation avec les récents événements du Japon, la présentation aborde les problématiques inhérentes à l'appréciation du risque, présente les conclusions des études de fiabilité effectuées en Europe et s'interroge sur les moyens de prendre en compte la part d'inconnu et d'incertain dans les évaluations de sûreté.


Quand les grandeurs thermiques sont les enfants de l'incertitude
Karl JOULAIN - pdf
Institut P'
CNRS, Université de Poitiers, ENSMA


Les corps chauffés sont le siège de fluctuations liées aux mouvements aléatoires de leurs constituants. Dans un gaz chauffé par exemple, les molécules sont le siège de mouvements aléatoires liés à la température. Il en est de même dans les solides où les atomes, ions et électrons subissent des mouvements aléatoires.

Un théorème de physique statistique, le théorème de fluctuation-dissipation, permet de relier ces fluctuations des porteurs de chaleurs aux grandeurs macroscopiques décrivant les pertes dans un milieu. L'illustration la plus célèbre de ce théorème fut la mise en évidence qu'un fluide est constitué de molécules, à partir de l'étude de la marche au hasard (diffusion Brownienne) d'une macromolécule dans un fluide. Il est alors possible d'en déduire le nombre d'Avogadro en fonction du coefficient de diffusion et de la température.

Ce théorème peut être étendue à tout système dissipatif couplé à un champ extérieur. Par exemple, cette théorie peut être appliquée dans le cas d'un système couplé à une différence de température ou à un champ électrique. Dans le premier cas, la conductivité thermique est reliée à la fonction de corrélation du flux de chaleur. C'est comme cela que des simulations de dynamique moléculaire sont capables de donner la conductivité thermique dans un système en équilibre thermique en étudiant les fluctuations du flux de chaleur. Nous montrerons comment des travaux utilisant cette technique ont été capables de mettre en évidence des modifications remarquables des propriétés thermiques des matériaux aux nanoéchelles.

De plus, lorsque l'on considère des particules chargées en équilibre thermique dans un corps, ces particules présentent là encore des fluctuations données par le théorème de fluctuation-dissipation. Ces particules chargées rayonnent un champ électromagnétique qui peut être obtenu si l'on sait comment le rayonnement dipolaire classique se propage dans le système. Ce champ électromagnétique est le champ thermique rayonné. Nous montrerons comment ce champ rayonné est relié aux propriétés optiques des matériaux et comment il est possible de le modifier en jouant sur la structure du matériau rayonnant à nanoéchelle. Nous tracerons alors un panorama des nombreuses applications possibles pour la ce rayonnement de champ proche comme la conversion et le transport d'énergie.


:::::::::::::: Contacts :::::::::::::: Plan du site :::::::::::::: Infos légales ::::::::::::::